Le planeur télécommandé

Je suis devenu un passionné de ce loisir assez rapidement pendant six ans avant de retourner à la pratique de la planche à voile de façon plus intensive.

La découverte du planeur RC

Mon premier planeur

Le Gentle Lady de la compagnie Goldberg. Un planeur de 2 M pour débutant en balsa.

Le Super EPP

Un planeur docile et presque indestructible pour le vol de pente (Slope Soaring).

Photo : Louis Cimon

Je suis devenu un passionné du planeur radiocommandé assez rapidement. J’ai pratiqué ce loisir pendant six ans avant de retourner à la pratique de la planche à voile de façon plus intensive.

J'ai découvert le planeur R/C (radiocommandé) en 1994 grâce à mon copain de travail, Louis Cimon. J'ai acheté un Gentle Lady en kit de Goldberg avec tout le matériel nécessaire pour sa construction. Il faut dire que Louis m'avait inondé de documentation sur tout ce qu'il fallait savoir pour bien démarrer ce loisir. Après quelques crashs et de nombreux atterrissages plus ou moins réussis, j'ai appris à mieux contrôler mon planeur et j'ai commencé à éprouver une certaine satisfaction de ces vols.

J'ai accroché mon premier vrai vol de thermique alors que j’étais seul et je dois avouer que j'ai paniqué, car mon planeur rapetissait trop rapidement à mon goût dans le ciel. Je l'ai quitté en effectuant un piqué et je n'ai pas réussi à retrouver d'autres thermiques ascendants. La durée du vol était de 15 minutes, mais si j'avais osé en profiter davantage, j'aurais sans doute doublé ou triplé la durée de ce vol. Mon record personnel en vol de thermique est d'environ 20 minutes, mais ce n'est pas le plus long vol que j'ai effectué comme vous le lirez plus loin.

Je me suis par la suite initié au vol de pente, toujours avec le GL. Les premiers vols ont été réalisés sur les abords d'une sablière dans des conditions assez turbulentes, mais qui m'ont apporté une satisfaction instantanée. En vol de pente, les seuls équipements nécessaires sont le planeur et le transmetteur, donc aucun délai ni problème d'installation de l'élastique (Up-start). Si les conditions sont bonnes, vous n'avez qu'à lancer votre planeur et il grimpe en altitude. Il n'y a pas de courants d’air ascendants à chercher et le vol peut s'effectuer plus près du sol. Le vol de pente permet aussi d'enchaîner les acrobaties aériennes, car la poussée verticale permet de gagner de l'altitude continuellement. C'est en vol de pente que j'ai effectué mon record personnel de 1 heure 15 minutes. C'était un mélange de vol de pente et de vol thermique effectués avec le GL.

Depuis janvier 1997, en ce qui touche le vol de pente, il existe des planeurs presque indestructibles fabriqués en polypropylène expansé  (EPP). Il y a des modèles pour les pilotes débutants et intermédiaires. Le fabriquant Dave Aircraft Works est le pionnier dans ce domaine. Vous trouverez l'adresse de son site Web dans la liste des liens en bas de cette page. 

Il est bon de pratiquer les deux sortes de vols, car s'il vente trop pour faire du vol thermique, on peut alors s'éclater (au sens propre et figuré) en vol de pente. Il n'est pas nécessaire d'être bricoleur pour profiter de ce loisir, car il se vend des planeurs pré-assemblés (ARF : Almost ready to fly) auquel il ne reste qu'à réaliser l'installation radio 

Si vous avez des interrogations sur le sens de la vie ou du planeur radiocommandé, vous pouvez me contacter  par courrier électronique en cliquant sur la petite enveloppe dans le bas de ma page d'accueil.

Le Super EPP

Lancement du Super EPP

Je lance mon SuperEPP pour que Larry Marshal l'essaie à Leclercville. Un superbe site de vol de pente.

Photo : Daniel Vézina

Le ME109 de DAW

J'ai acheté le Me109 et cela m'a demandé une quinzaine d'heures de travail pour le réaliser et voici le résultat en vol à Leclercville. Un planeur de combat très nerveux et acrobatique.

Photo : Dany Lemay

Lors d'une excursion au Mont Sainte-Anne, j'ai eu l'occasion de regarder évoluer dans le ciel un modèle de planeur appelé le SuperDragonfly. Le propriétaire et pilote de ce modèle, Étienne Dorig, propriétaire de Icare Sailplanes, semblait bien apprécier les qualités de vol de ce modèle. À plusieurs autres occasions, quand les conditions de vol n'étaient pas idéales et que personne ne réussissait à rester en l'air, Étienne ressortait son SuperDragonfly et s'amusait fermement.

Après avoir constaté dans le catalogue de Northeast Sailplane Products que ce modèle convenait parfaitement aux débutants, j'ai décidé que ce serait le modèle idéal pour nos conditions de vol et, en le construisant en EPP, il serait presque indestructible. Le EPP (Polypropylène Expansé) est un « foam » qui est compressible sans déformation. Ce qui permet de construire des planeurs qui sont presque indestructibles. 

Après une saison complète de vol, je vous assure que ce planeur permet de voler dans le genre de conditions que l'on retrouve au Québec, soit des vents moyens à forts. Il est possible de le ballaster pour les journées où il vente encore plus fort.

L'avantage de ce modèle est qu'il ne demande qu'une télécommande deux canaux, donc des radios abordables. C'est un simple deux axes, ailerons et profondeur.

Le profil utilisé est le S6060 qui est un E374 amélioré. Il pèse 32 onces pour une charge allaire d'environ 9 onces au pied carré. Il possède une envergure de 72 pouces (183  cm).

L’une des pionnières des planeurs en EPP est la compagnie Dave's Aircraft Works (DAW) qui offre plusieurs kits dont le TG3 qui est un modèle deux mètres pour débutant, mais qui est aussi très apprécié des experts. Je vous invite à visiter son site dont l’adresse figure dans la liste de liens ci-dessous.

La liste des liens sur le planeur

copyright : André Larochelle 2008